Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Commentaire :

bonjour,
s'il s'agit bien des boulons installés en fond du coffre arrière qui servent à maintenir la ferrure de safran :
les boulons de  DAVAÏ sont en inox, toutefois il semble qu'à un époque il est possible qu'ils étaient  en acier ( présence de traces d'oxydation dans le fond du coffre).
concernant l'étanchéité, elle est obtenue à l'aide de mastic de type silicone. J'en ai installé dans chaque perçage ainsi qu'entre la plaque et l'aileron du bateau. Il ne faut pas trop serrer les boulons afin qu'une fine couche de mastic reste entre la plaque et l'aileron . J'ai finalisé le serrage des boulons après "séchage de cette couche de mastic" , sans toutefois trop souquer sinon le joint de mastic se déchirerai...
espérant avoir répondu à la question

Alain ( DAVAÏ)

Commentaire :

bonjour , je vous avais proposer de venir naviguer avec nous quand le bateau derait a l eau , chose faite il est a l eau donc si vous voulez me contacter n hesiter pas le bateau est a vannes
dam.manue@wanadoo.fr
damien

Commentaire :

* Concernant le vrillage : il faut noter que l'angle mesuré n'est pas l'angle d'attaque de la voile, mais du profil. L'angle d'attaque de la voile dépend du vrillage mais aussi de la forme du profil. Donc l'angle d'attaque sera plus élevé normalement.
*Pour la position du creux, c'est intuitif à cause des limites de Sailcut CAD. Il a une formule limitée pour dessiner les courbures... Surtout à trois endroits différents, c'est pas idéal. En général on peut dire que le creux est plus avancé sur un génois que sur une grande-voile. Mais généralement on garde la position de ce creux constante sur toute la hauteur.
*Ensuite il faut considérer le creux relatif et absolu. Si on considère un creux de 10% au 1/3 et le même en tête on a une valeure absolue très petite par rapport au 1/3. En général on creuse un peu plus le haut pour garder un peu de volume, bien qu'en relatif le creux max se situe assez bas, on peut dire 40% pour le génois léger et en utilisant SailCut. Bien sur si on avance le roller et qu'on borde bien, le creux se maintient bien vers le haut, alors qu'au moment ou on recule le roller, le vrillage de la voile permet d'enlever de la puissance dans les hauts et de retrouver des profils plus fins d'origine.
*Pour le gréement en 7/8, c'est bien mais il serait peut-être intéressant de mettre une poulie sur un pontet riveté en tête de mât avec une nouvelle drisse. Mais attention à la rigidité du mât dans des vents un peu fort pour le code 0.
*Pour les virement de bords, il est clair que le mieux serait de le rouler. Donc d'installer un enrouleur sans fin sur le bout dehors, et une drisse avec un émerillon. Ainsi plus de problème lors des virements. Mais ça complique le plant de pont, avec une drisse en plus, et un enrouleur en plus (généralement sans taquets pour ce dernier, des simples pontets et un élastique).
*Le fait de le mettre totalement au dehors des filières le long du rail de fargue est une solution simple mais moins efficace pour remonter au vent. Par contre pour la balade ça suffit amplement. Il faut simplement en tenir compte pour le dessin de la voile, qui ne pourra pas être bordée "plate".
*Concrètement pour la réalisation de cette voile, avant de finaliser le design il faut choisir le matériau. Pour un "drifter" on pourrait imaginer prendre du tissu à spi 0.75 voir 0.9 pour faire "béton", mais on peut aussi imaginer du Dacron 3-4 oz en fonction des fournisseurs, en finish assez pas trop rigide. Il faut penser que c'est une voile à ratio bas, donc qui nécessite un tissu plus équilibré qu'un foc par exemple et qui résiste bien au biais. Ce qui est en contradiction avec le fait de prendre un tissu avec un finish pas trop rigide... Bref. Et donc au mieux il faudrait prendre un laminé genre polyester/pentex le plus léger possible d'environ 3oz. On peut imaginer aussi dans le plus haut de gamme du CZ de chez Dimension Polyant, mais c'est plus cher à mon avis, le triradial s'impose ainsi que pour le laminé. Donc pour une crosscut : Dacron le plus léger possible, ou spi .75oz ou 0.9oz.
*Pour le design exact, il ne faut pas trop s'exiter pour une telle voile. le Dacron ou tissu à spi c'est tout mou donc de toute façon y'aura pas exactement ce que vous vouliez au départ. Ensuite avec un creux de 10-12% on prend pas trop de risques. Et puis une voile peut s'adapter dans une moindre mesure sur l'eau par les réglages. Et au pire des cas, les pinces peuvent être retouchées, pour faire moins creux facilement et plus creux plus difficilement.
Voilà, j'espère que ça va vous faire avancer...

Commentaire :

Je peux confirmer que les dessous de couchettes et le caisson avant , accessible par la grande trappe, communiquent facilement. Cela m'a permis de passer discrètement du câble de l'avant à l'arrière de Cassiopée.

Commentaire :

Bonjour,

Pour rebondir avec un peu de retard sur le sujet.
J'ai observé de la rouille sur le deux écrous situés dans le coffre arrière(les vis ne sont pas attaquées) . Je souhaite avoir vos retours sur l'états de des boulons sur vos bateaux et savoir si vous avez déjà réalisé un traitement ou comment Alain a procédé afin de rendre étanche le système.
Bien à vous

Nicolas 

Commentaire :

Bonjour Samuel,

Merci de ces infos hyper précises ! et c'est pas du tout en vrac !!
 
Effectivement mon article est un peu confus maintenant : car mon objectif au départ était d'avoir un code 0 type Lémanique cad amurée sur mon bout dehors (J=+0.70 par rapport aux std du bateau) en guindant libre. J'avais imaginé de passer complètement en dehors du balcon et filières, en venant coller la bordure à l'extérieur du rail de fargue. Ce qui implique évidemment des changements d'amures un peu plus compliqués que d'habitude, la voile devant passer entre son guindant et l'étai (ou alors par devant). Ne trouvant pas d'info, j'avais abandonné cette piste au profit d'un drifter moins volumineux, avec une bordure au dessus des filières. Là j'ai trouvé plus d'infos pour réaliser la voile (merci à ceux qui m'ont gentimment aidés !).

Mais le débat est relancé !
Etant complétement novice, j'aurais juste encore un peu besoin de précisions/confirmations :
* Au niveau des ronds, je suis OK.
* Pour le vrillage : Je trouve un angle de départ de 9° pour la voile amurée sur son bout dehors et reprise par une poulie winch à l'arrière. On rajoute donc 15° au minimum (voir plus si ça touche aux barres de flêches), ce qui donne un angle d'attaque en haut de voile de 24°.
* Pour les creux, dois je faire une flêche constante sur chaque profil ? ou partir de 10% en bordure pour arriver à 12% en tête de mât ?
* La position des creux me semble un peu plus intuitive en regardant la forme en 3D, car si on dépasse les 40% sur un des profils on se rend compte que c'est pas joli...
* Pour le guindant frappé sur la drisse de spi, c'est ce que je comptais faire (le First18 est gréé en 7/8 )
Merci encore pour ce partage de savoir !
Florent

Commentaire :

Nom du bateau : Meveto Type : quille pivotante Année : 1980 N° Série : N° Voile : (le cas échéant) Nom du propriétaire : Fabrice CATHALA Modifications : Basé à / port d'attache / club : Yacht Club de Draveil (YCD), Essonne

Commentaire :

Bonjour, Je rebondis sur cette question qui est loin d'être bête quand les instructions imprimées sur le coté du mécanisme deviennent illisibles avec le temps. A priori, on visse en effet à la remontée de la quille, et je n'ai pas pour ma part de moyen assisté. Tout cela m'amène à une nouvelle question : Pour éviter des problèmes avec les quilles pivotantes, y a t'il des points particuliers à surveiller et des mesures préventives à prendre ?

Commentaire :

Pour les problèmes d'encrassement de l'aiguille c'est très récurant dans les voileries, on utilise pour cela un petit pot de confiture rempli de diluant avec un pinceau, et régulièrement on badigeonne l'aiguille, le pieds, le porte-canette, le croc, etc... et on essaie d'enlever la colle. On a aussi à disposition généralement un pistolet à air comprimé qui décrasse la poussière et les petites boules de colle formées... ça pue mais c'est efficace. Et c'est normal que les points sautent ou que le fil casse (suivant les machines) lorsqu'elle est encrassée.

Pour ce qui est des cotes de la voile, cela va dépendre de beaucoup de paramètres comme le déplacement du bateau, sa longueur, la taille de la voile et son programme de navigation (ici pétole), mais aussi géométrie du gréement.
Pour un code 0 on entend généralement une voile à guindant libre (avec un textile) sur enrouleur, en tête et à grand recouvrement. Le point d'amure est généralement fixé sur un bout-dehors et sur une galette (enrouleur). Il faut avoir un point d'écoute le en arrière possible pour augmenter sa taille, et peut-être posséder un barber pour mieux contrôler la chute pour des allures plus ouvertes.
Le vrillage de la voile n'est pas énormément d'influence en utilisant SailCut et n'importe quel programme de design, mais on peut prendre comme règle qu'il faut assez de vrillage pour pouvoir passer les barres de flèches naturellement. Le reste est progressif en prenant l'axe point d'écoute - amure, et l'axe horizontal qui part de l'étai au bout de la barre de flèche. Pour une voile de près à recouvrement important, on peut arriver à des valeur comme 15°...
Concernant les creux et leur position, on peut fixer aux alentour de 38-40% par rapport au guindant, et en flèche on peut parler de 10-12% dans le cas de ce génois à vue d'oeil. La chute aura forcément un négatif pour cette voile, le guindant quasiment rien (du style 2cm de négatif), et la base sera coupée de telle manière à venir s'appuyer sur le pont. Attention tout de même à faire attention si la voile est un vrai code 0, il faudra passer par dessus les filières ou le balcon... Tandis qu'un code 0 comme vous l'entendez sera fixé sur l'étai comme un "génois léger" donc pas trop de soucis de ce côté.
Une autre chose : Si vous pensez obtenir le plus de surface possible, utiliser la drisse de spi si elle est en tête, et ainsi vous aurez un guindant libre, dans lequel il faudra mettre une corde pouvant reprendre les efforts de la drisse.
Bref... dsl pour les infos en vrac, j'espère que ça peut rendre service.

Commentaire :

Si on baisse la bôme on diminue la performance de la voile, vu que plus elle est haute mieux c'est. La solution est généralement de soit recouvrir la poche sur la chute par une bande dacron, comme un rabas avec un velcro pour le fixer, ainsi on diminue les points d'accroche. Soit on peut effectivement mettre une latte en tête de mât dont le bout libre est fixé librement sur le pataras (à l'aide d'une manille ou d'un petit bout). Ainsi lorsqu'il n'est pas en tension, il se dégage de la voile et de sa latte forcée. On trouve ça sur pas mal de voiliers.

Commentaire :

Bonjour, pour remonter la quille on tourne dans le sens des aiguilles d'une montre. Normalement on a pas besoin d'assistance pour ce faire, il faut lubrifier le mécanisme s'il des raideurs se font sentir. (Même principe que l'apéro quoi :))

Commentaire :

Je suis surpris de trouover la photo de l'intérieur de mon bateau...
C'est vrai qu'il est pas mal :-)
Pour info, il est en vente sur e bay
Bonne journée

Réponse :

Bonjour,

je ne met que les images 'd'exception' :-) bon j'espère que ça ne te dérange pas trop. Mais je trouvais tes aménagements vraiment intéressants ! Tu  peux nous expliquer un peu plus le pourqoi de la cloison arrière ?

merci d'avance
Florent

Commentaire :

Salut, je n'ai pas constaté de séparation (caisson étanche)  entre les differentes parties du bateau. Pour évacuer l'eau, il faut faire pencher le bateau en avant (sur ber ou remorque) et aspirer par la trappe de visite sous le coussin avant plutot que d'envisager de percer entre les deux couchettes car il ya très peu d'espace entre le plancher et la coque. Avant de le remettre a l'eau je te conseille de bien faire secher l'interieur.

Commentaire :

J'ai eu le même problème, j'ai acheté une nouvelle grand voile avec une latte forcée chez Véga Voile et la chute touchait le patara, les virements de bord étaient impossible sans choquer le patara.
J'ai descendu la bome de quelques centimètres et maintenant ça passe pile.

Commentaire :

bonjour, Florent,
non il ne s'agit pas de la poulie de drisse de spi , mais de celle de la balancine de GV. Celle du spi est située juste au dessus du capelage de l'étai .

@+
Alain ( DAVAÏ)


Commentaire :

Très bonne idée, je vais étudier ce système pour ma remorque aussi.

Commentaire :

j ai oublier de vous donner mon adresse dam.manue@wanadoo.fr , tel 06 99 18 99 41  le bateau sera a vannes
merci

Commentaire :

Le bateau es t à l'eau aux Sables d'olonne jusqu'à début Juillet, un coup de fil et c'est OK pour nous.
02.51.46.79.39 selon la météo biensur!
Dominique et Francis

Commentaire :

Bonjour ,
"Elinoa" devrait être à l'eau d'ici la fin du mois (du moins je l'espère !). Il est basé au port de Binic en baie de St BRIEUC, donc si une Nav dans le secteur vous intéresse je vous invite volontier à me contacter via mon mail "bonniordy@wanadoo.fr" afin de caler une sortie .
Au vu de la distance Nantes /binic (+ de 2h) et des contraintes d'ouverture de port  (départ matinal pur profiter d'une journée de mer) nous pouvons vous herberger la veille dans une petite maison annexe à notre domicile sur Plénée-Jugon.
Donc n'hésitez pas ce sera avec plaisir que nous ferons partager notre plaisir de naviguer en First 18.
Bien à vous
Yannick

Commentaire :

bonjour , nous allons mettre notre first 18 a l eau dans une petite quizaine de jours , a vannes , donc si cela vous interesse , il n y a pas de probleme pour nous
damien

Partager cette page

Repost 0
Published by