Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 19:00


Quand est venu le jour ou j’en ai eu assez de changer toutes les 24 heures les piles du gps, celles de la vhf, et de naviguer avec un téléphone portable déchargé,  quand à trois heures du matin, en plein milieu  de la régate des 18 heures d’Arcachon les feux de navigation à piles me lâchent petit à petit  au point de n’être quasiment plus visibles, je me suis décidé à installer l’électricité à bord de Pilpouz.


Mes réflexions d’alors furent celles-ci :


Pilpouz n’a pas de place au ponton, donc la charge 220 volts est impossible. De plus j’accède à mon corps-mort avec une toute petite annexe et quand celle-ci est chargée avec une glacière et un ou deux sacs, il est difficile d’y rajouter une batterie de plus de 10 kg. J’ai donc opté pour la solution totalement autonome : le panneau solaire pour charger et entretenir la batterie.


J’ai choisi ce panneau solara, ultraplat ( 3 mm), suffisamment  souple pour épouser la légère courbure du panneau de cabine. Le dessus du panneau est très bien protégé par une sorte de résine antidérapante. On peut le piétiner sans problème, le support inférieur est une plaque en inox.





Je l’ai collé à la néoprène, un peu chichement à l’époque, et je devrais avant le printemps le coller à nouveau, avec cette fois ci une colle sikaflex. Sa flexibilité est effectivement proche de son maximum et lors du collage, il vaut mieux prévoir un système pour le maintenir correctement plaqué au panneau de roof, avec des sangles prises sur les mains courantes par exemple et de gros tasseaux pressant les bords du module solaire. 

 

J’ai ensuite percé le panneau de roof pour passer le câble et étanchéifié le passage au silicone marine


 

A l’intérieur, le câble est libre sous le panneau et rejoint une goulotte pvc collée au plafond de la cabine.



Cette goulotte m’a permit de fixer deux tubes fluorescents miniatures généralement vendus pour le tuning des pc. Avec une consommation de moins de 3 watts, ils éclairent plus qu’il ne faut, tout l’intérieur de la cabine.





La goulotte pvc rejoint l’équipet  bâbord que j’ai en partie dédié à l’énergie.

Afin de ne pas condamner totalement les rangements bâbords, j’ai inséré le tableau électrique dans le haut de l’équipet qui était en fait un espace perdu. Il y a même assez de place pour intégrer un autre appareil, en l’occurrence un radio-cd pour Pilpouz.



 

En ce qui concerne la batterie même, j’ai opté pour le tout-en-un : une batterie portable de 20 Ah, intégrée dans un boîtier avec un régulateur de charge, un témoin à led de niveau de batterie, un éclairage néon, deux prises type allume-cigare 12V.

Elle se recharge soit en 12V ( ce qui est mon cas par l’intermédiaire du panneau solaire) soit en 220 avec un transformateur externe fourni dans le pack.




A bord de Pilpouz, cette batterie alimente depuis deux ans :

-          Le lock/speedo

-          Le feu de tête de mât

-          Le GPS portable

-          La vhf portable

-          L’éclairage de cabine

-          Le radio-cd

-          Les chargeurs de téléphone

-          Le gonfleur 12 volts à l’occasion

-          Un convertisseur 12V / 220 V de 100 w (occasionnellement pour du petit outillage électrique, ou charge d’appareils 220v)

 

(La légende voudrait que nous ayons à bord un sèche-cheveux pour Madame. Au risque de décevoir grandement Alain de « Gibolin », je suis, dans un souci d’honnêteté, obligé de démentir. Non, il n’y a pas de sèche-cheveux à bord de Pilpouz !)


Depuis cette installation (février 2007), je n’ai jamais sorti ma batterie. Elle est chargée et entretenue en permanence par mon panneau solaire, et suffit amplement à notre consommation électrique à bord.


L’intérêt de ce combiné batterie est le coût : je l’ai payée 90€ chez Narbonne accessoires à l’époque. Aujourd’hui, je choisirais un autre modèle qui intègre en plus le convertisseur 220V et le compresseur ( gonflage d’une annexe).

 

Pour les utilisateurs de pilote automatique, il existe des versions de « powerpack » avec batterie de 40Ah. Toutefois, l’étude de la puissance de la batterie se fera plus sérieusement dans le cas d’un pilote, mon témoignage d’aujourd’hui ne saurait faire référence en la matière !

 

Bon vent à tous, bonnes navigations en 2009 !

 

Thomas (Pilpouz)

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by Virus - dans Brico électricité et équipements